Nike : Bijoux royaux, les chaussures Nike de la star de la NBA Kobe Bryant en vente aux enchères à Genève

GENVE : Un bracelet en diamants ayant appartenu à la française Marie-Antoinette et une broche en saphir et diamants avec des clips d’oreille assortis qui pendaient autrefois d’une grande-duchesse russe font partie des articles aux enchères de bijoux et autres objets de collection la semaine prochaine à Genève.

Dans la ville suisse au bord du lac, une paire de baskets Nike montantes est également vendue aux enchères par la défunte star de la NBA Kobe Bryant, le gardien de tir des Los Angeles Lakers décédé dans un accident d’hélicoptère en Californie l’année dernière.

Les chaussures de basket-ball Nike Air Zoom Huarache 2K4 bleues, blanches et dorées devraient rapporter jusqu’à 35 000 francs suisses (environ 38 000 $) lors d’une vente le 11 novembre chez Sotheby’s. Bryant a porté les baskets lors d’une victoire sur les LA Clippers le 17 mars 2004, a indiqué la maison de vente aux enchères.

Mais comme d’habitude lors de la saison des enchères d’automne à Genève, les diamants, émeraudes, saphirs, rubis et autres pierres précieuses seront les points forts des ventes de la semaine prochaine chez Sotheby’s et son rival Christie’s.

Mardi, Christie’s a mis une paire éblouissante de bracelets lourds du XVIIIe siècle sertis de trois rangées de petits diamants. Les bracelets sont présentés comme l’un des derniers vestiges du riche cabinet de bijoux de Marie-Antoinette qui est toujours en vente.

La maison de vente aux enchères a déclaré que la célèbre royale et épouse du roi Louis XVI était connue pour avoir elle-même soigneusement enveloppé ses bijoux dans du coton, dans l’espoir de les garder hors de la France révolutionnaire – ce qui a fini par lui coûter la vie par guillotine. Les bracelets, qui sont entrés en service vers 1776, ont été conservés dans la lignée royale pendant plus de 200 ans, a déclaré Christie’s.

“Malgré l’emprisonnement de Marie-Antoinette pendant la Révolution française et sa mort malheureuse en 1793, les bracelets ont survécu et ont été transmis à sa fille, Madame Royale, puis à la duchesse de Parme”, a déclaré Max Fawcett, chef du département bijoux de Christie’s. , faisant référence respectivement à Marie-Thérèse de France, la fille du couple, et à la princesse Louise d’Artois, décédée en 1864.

“Les voir aux enchères aujourd’hui est une occasion unique pour les collectionneurs du monde entier de posséder un morceau de l’histoire royale française”, a déclaré Fawcett.

L’estimation de prévente pour les bracelets s’élève à 4 millions de francs suisses (4,38 millions de dollars). Ils pèsent 97 grammes (3,42 onces) chacun et contiennent des diamants “à l’ancienne”, ainsi que de l’argent et de l’or, a déclaré Christie’s.

Parmi les lots que Sotheby’s prévoit de présenter mercredi, une paire de boucles d’oreilles « parfaitement assorties », chacune sertie de diamants de 25,8 carats, devrait rapporter jusqu’à 5 millions de francs (5,5 millions de dollars).

Il affichera également une broche avec un saphir ovale de 26,8 carats entouré de diamants et des clips d’oreille assortis ayant appartenu à la grande-duchesse Maria Pavlovna et importés de Russie lors de la révolution de 1917. Le trio devrait récolter jusqu’à 480 000 francs (525 800 $).

“Elle était l’épouse du grand-duc Vladimir, le fils du tsar, et elle était vraiment passionnée par les bijoux. Elle avait une fantastique collection de bijoux”, a déclaré Olivier Wagner, directeur des ventes de Sotheby’s Magnificent Jewels.